10 signes qui prouvent que tu es une super maman !

Toutes (enfin presque) les mamans sont formidables. En ces temps troublés, on a dû redoubler de patience, d’idées, de self control. Pourtant on doute de nous. C’est humain. On se demande si on fait bien, si on est de bonnes maîtresses d’école, si on fait manger des choses variées à nos enfants, si on ne s’énerve pas trop. Rassure-toi, voici 10 signes qui prouvent que t’es une super maman !

1/ Le soir, ce gros câlin que tu lui fais malgré la journée de merde, te fait du BIEN.

2/ Tu laves son linge 45 fois par jour… et tu es quasi en PLS quand il te manque une chaussette pour compléter la paire de ton petit dernier.

3/ Tu es même pas dégoûtée de lui essuyer son petit derrière quand il hurle « mamaaaaaan caca. »

4/ Tu es capable de dire lui dire oui même quand, objectivement, il faut lui dire non.

5/ Tu veux bien faire des chorégraphies Tik Tok alors que bon, t’as toujours été nulle en danse.

6/ Tu es capable de lire la même histoire 4 fois par jour pour lui faire plaisir.

7/ Tu as super envie de manger ce dernier biscuit qui te fait de l’œil, mais tu finis par le laisser à ton enfant.

8/ Tu peux passer des heures à lui enlever ces foutus poux qu’il a sur la tête. Et avec le sourire.

9/ Tu es capable de faire semblant d’être pote avec la mère de son amie d’école alors que tu la détestes.

10/ Tu n’es jamais saoulée de leur dire « je t’aime ».

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le confinement-blues est-il le nouveau baby-blues ?

Neuf mois après le confinement dans le ventre de leur maman, les bébés sortent, la tête la première en général, vers un nouveau monde.

Je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement avec le confinement.

Enfermés, parfois difficilement, parfois avec bonheur, nous sommes presque sortis (enfin pas tous je sais). Et la violence, le bruit, le bordel, la fatigue nous prennent déjà la tête.

On ne va pas se mentir, on a tous un peu la peur au ventre de ce qui va nous arriver. On est ravis, mais un peu flippés. On avait les boules durant le confinement. Mais là on a le blues. La baby-confinement blues ?

Ce sentiment trouble de ne pas savoir si on doit se réjouir ou au contraire pleurer. Ce sentiment de vouloir aller de l’avant, d’avoir une nouvelle vie qui s’ouvre à nous. Et pourtant.

On a adoré passer du temps avec nos enfants (pas tout le temps haha), mais on va adorer avoir du temps libre… et pourtant ils vont nous manquer.

On va devoir, tel un nourrisson, faire attention aux postillons.

Et, telle une maman qui a un peu le blues, on va parfois regretter notre bulle. On va douter, on va rire, on va pleurer, on va se questionner, on va se demander si on fait bien ou mal, on va être pleins de bonne volonté mais sans pourtant y arriver. On va vouloir boire des verres et puis non.

Mais avec un peu de force, entourés de nos amis, de nos famille, on va y arriver!

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

On peut dire à ses enfants « je ne sais pas » et c’est OK


Depuis le début de cette crise du COVID, on a peur, on ne sait pas, on hésite pour tout.

Après tout, c’est normal, on n’était pas préparés à tout ça.

Chaque jour on attendait les discours, les nouvelles, et encore aujourd’hui on ne sait toujours pas si école pas école, si on peut voir nos amis, si on peut sortir. On a peur.

Nos enfants, petits ou grands  sont comme des éponges. Ils captent nos émotions, nos craintes, nos doutes.

Ils posent des questions, ils ont envie de savoir si « on va tous mourir », « on va tous guérir », « on va revoir les copains et les grands-parents », « on va partir en vacances ».

On essaie souvent de camoufler la vérité, de rendre tout plus joli pour les rassurer. Mais ils savent, ils sont intelligents ces petits-là !

Alors pourquoi ne pas leur dire « on ne sait pas » ? Pourquoi ne pas leur dire nos hésitations, nos craintes, et partager avec eux tout ça ? Pourquoi ne pas leur dire qu’on fera de notre mieux, et qu’on va s’en sortir, mais qu’on ne sait pas ? Cela n’empêche pas de les rassurer évidemment, ils en ont besoin, mais ils peuvent savoir que même les parents, parfois, ne savent pas.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Suis-je passée à côté de mon confinement?


Bon alors voilà : officiellement nous sommes déconfinés.

Il est donc temps (même si mon confinement n’est pas du tout terminé puisque aucun de mes 4 enfants n’a école) de faire le bilan de ces 9 semaines hors du commun.

Je me pose, je me regarde, je me pèse, je me demande ce qui en 2 mois a changé. Bilan : pas grand-chose.

Je ne me suis pas mise au yoga, à la méditation, vaguement à la pâtisserie (disons que Lignac c’est pas moi), je n’ai pas grossi, pas maigri, je n’ai pas réussi à apprendre une langue étrangère, je ne me suis pas mise au piano, je n’ai pas écrit ce roman que je devais écrire, je n’ai pas réussi à rendre mon dernier enfant propre la nuit, j’ai à peine lu, je n’ai pas appris le grec ancien à mes enfants, je n’ai toujours pas réussi à faire obéir mon chien, je ne me suis pas levée plus tôt pour réfléchir, je n’ai pas rangé ma bibliothèque par ordre alphabétique, je n’ai pas fait d’albums photos…

Ici et là, je lis certains témoignages qui me font culpabiliser de n’avoir rien appris, rien fait. Certains ont eu des merveilleuses idées, d’autres ont bricolé, certains se sont enfin fait des abdos, d’autres ont fabriqué 5 678 masques, certains ont appris le yoga ou la salsa, d’autres ont lu tout Victor Hugo, certains ont écrit des lettres tous les jours, d’autres ont fait des baguettes chaque soir, et puis surtout, des héros ont sauvé des vies.

Parfois j’ai peur d’avoir loupé un truc. Mais après je me dis, et vous aussi si vous êtes comme moi : on a dû gérer les angoisses, les enfants, les devoirs, les sourires, les soucis, les kiff, les down. Alors je me dis que la position du Lotus attendra…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les 10 phrases que mes ados ont prononcées tous les jours durant tout le confinement !


On a beaucoup parlé des enfants jeunes, c’est-à-dire de moins de 10 ans, durant ce confinement.

Mais je suis mère de deux ados (un fils de presque 15 ans et une fille de presque 13 ans), et je peux vous dire que si ça a l’air plus simple puisque l’ado est plus autonome, ça ne l’est pas du tout (et il n’est pas du tout plus autonome).

Depuis 9 semaines, on a une routine qui s’est mise en place. Et puis il y a ces phrases que l’un comme l’autre répètent, sans mentir, 22 fois par jour.

1/ On mange quoi. A toute heure de la journée, l’ado demande « on mange quoi » sans pour autant proposer son aide.

2/ Où est le chargeur de téléphone ? Alors ça c’est LE sujet chez nous, et j’imagine chez plein de gens. 2 chargeurs pour 4 téléphones. La chasse au chargeur est en marche.

3/ Quand est-ce que je vais revoir mes potes ? Bah je sais pas moi.

4/ T’as mis où mon cahier/livre/téléphone/tee-shirt ? Bah cherche.

5/ J’en ai marre. Alors ça c’est LA phrase de l’ado. Par principe l’ado en a marre.

6/ Ah bah non j’ai pas de devoirs. Si tu écoutes l’ado à qui tu fais vaguement confiance, il n’a JAMAIS de devoirs.

7/ Laisse-moi dormir. Ça c’est LA phrase du matin, alors que bon on a été cool niveau horaire.

8/ Si l’école reprend, vous allez quand même pas m’y renvoyer hein ? On ne sait pas, on navigue à vue, cher ado.

9/ J’ai faim. C’est une variante de « on mange quoi ». L’ado répète 4 567 fois par jour cette phrase. Sans doute essaie-t-il de nous dire quelque chose !

10/ Ouais bah les parents de Bidule ils sont pas comme vous. Sous-entendu ils sont plus cool.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La prise de tête de la reprise scolaire


Si vous êtes comme moi avec un ou plusieurs enfants qui vont à la crèche ou à l’école, vous avez sûrement reçu un mail pour vous demander vos intentions quant à la reprise, avec des semaines A, semaines B…

Depuis une dizaine de jours, c’est LA question que tous les parents se posent : école ou pas école ? To Be or not to Be ? That is the question.

On ne parle que de ça entre potes, en famille, on attend chaque discours politique, on a eu la maîtresse au téléphone, on échange avec les autres parents de la classe, on scrute ce qui se passe dans d’autres pays.

Il y a ceux qui vont devoir retourner au travail et donc pas trop le choix. Sauf que l’école va reprendre à mi-temps. Pratique.

Il y a ceux qui restent en télétravail, ou qui ne travaillent pas. Alors on fait quoi ?

Les enfants ont envie de revoir leur copains, de reprendre leur vie sociale, et surtout de continuer à progresser. Les parents aussi ont envie que cette classe de CP serve vraiment à lire et à écrire. Et puis l’école à la maison, faut le dire, c’est pas évident.

On lit que ce peut être dangereux, et puis que non, en fait, pas pour les enfants. On lit que une nouvelle forme de Covid touche les enfants. Et puis en fait, non.

Mon fils de 15 ans est-il un enfant ou un adulte ? Risque-t-il de choper le coronavirus?

Et puis en septembre, qui dit que ça ira mieux ? Comment je ferai la rentrée de mon fils en première année de maternelle avec un masque sur le nez ?

Toutes ces questions, ces prises de tête, ce sentiment qu’on va faire le bon ou le mauvais choix… Tout cela s’ajoute au reste qui nous paralyse depuis 2 mois.

Alors on fait quoi, au juste ?

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Confinement : pourquoi c’est plus dur pour les femmes

Je ne suis pas du genre à dresser les hommes contre les femmes. Mais j’observe, j’entends, je lis. Depuis le confinement j’ai le sentiment que tout cela est plus dur pour les femmes, et les mamans.

Parce que les femmes sont plus exposées dans les hôpitaux. 75% du personnel hospitalisé est féminin. C’est pas moi qui le dit.

Parce que c’est souvent aux femmes, aux mères, qu’il revient de faire les tâches ménagères. Je lis sur des forums que beaucoup d’hommes laissent leurs femmes « tout gérer ». Ce n’est pas nouveau, mais avec le confinement, il y a plus de repas, plus de ménage, plus de lessives à faire…

Parce qu’elles sont encore plus victimes de violences. Ce n’est pas nouveau non plus. Mais avec le confinement, elles sont obligées de vivre H24 avec leur bourreau.

Parce que c’est souvent à elles aussi que revient la charge des devoirs, de l’école. Rien de neuf non plus. Mais encore une fois, ça s’est accentué.

Parce que beaucoup de mères célibataires doivent (encore plus) que d’habitude gérer TOUT.

Parce que celles qui voudraient avorter ont plus peur de le faire, de le dire.

Parce que les femmes enceintes ont les boules que cette grossesse soit menée dans l’angoisse, et celles qui viennent d’accoucher ou vont bientôt accoucher doivent le faire souvent sans leur compagnon.

Soyez fortes. Soyez fortes.

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Confinement : oui, mes enfants regardent plus les écrans

Il y a une phrase que j’adore : « Avant d’avoir des enfants j’avais des principes. Et puis j’ai eu des enfants. »

Pour le confinement c’est pareil. Avant j’avais des principes sur la télévision, les écrans. Je ne disais pas non, mais c’était encadré (tel jour, tant de temps, pas n’importe quoi).

Et puis… il y a ce confinement depuis 6 semaines. Et puis il y a la vie avec 4 enfants, les devoirs à gérer, le boulot aussi. Bref, j’ai lâché, on a lâché.

Je ne plante pas mes enfants 15 heures par jour devant le télévision, mais j’avoue que si je dois aider mon grand à faire son exposé sur Mai 68 (il est en 3e), je mets un petit dessin animé (merci les Pokémon) à mon fils de 6 ans.

Le plus jeune qui a 3 ans depuis peu, n’avait jamais regardé la télévision avant. Maintenant à très petite dose, si je veux 20 minutes de calme pour continuer d’apprendre à lire à mon fils de 6 ans, je ne dis pas non. Oui je sais, c’est pas bien, ça va en faire un idiot disent certains, mais je me fiche de ce que disent les gens. On fait comme on peut.

Que l’on ait 1 enfant, ou 4 ou 5, cette situation est pesante… Alors non, je n’utilise pas les écrans comme baby-sitter, mais oui j’avoue que ça me soulage.

Il y a aussi les Ipad bien utiles pour les devoirs à distance avec des visioconférences des profs ou même les Facetime avec leurs copains. Ma fille garde le lien avec ses amies grâce à ses Tik Tok, à ses conversations en Facetime. Et non, je ne veux pas l’en priver, car ce  lien social est essentiel.

C’est probable, il y aura des conséquences, ces enfants, nos enfants, auront eu des temps d’écran plus importants que si le confinement n’avait pas eu lieu. Mais en attendant, je l’avoue humblement, je ne peux pas être partout et les écrans m’aident.

Et vous ?

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Confinement : ce lien (et cet amour) qui lie mes enfants

Il y a du mauvais dans ce confinement forcé. Je l’ai déjà dit, on en parfois marre, on crie, on perd patience, on a peur.

Mais ce que je constate aussi depuis 5 semaines, ce que j’observe, ce sont les liens qui se renforcent entre mes 4 enfants.

En effet, je crois qu’ils n’ont jamais, tous les 4, passé autant de temps ensemble : c’est-à-dire H24 sans voir personne d’autre.

Evidemment on habite ensemble, mais chaque jour ils vont à l’école, à la crèche. Et quand c’est les vacances il y a un peu de colo et puis surtout on sort, on voit des copains, on va à la mer, visiter un château, etc. Depuis 5 semaines c’est tout le temps, matin, midi et soir ensemble.

Et chaque joue ça crie, ça hurle , ça se dispute mais ça rigole, ça fait des partie de cartes, ça échange. Et chaque jour ça se moque l’un de l’autre, ça a envie de se taper, mais ça a des fous rires aussi.

Et chaque soir ils dorment l’un avec l’autre à tour de rôle. Une fois le petit avec sa sœur, une fois l’aîné avec le troisième, et même parfois tous ensemble.

C’est une chance pour eux de vivre ce confinement ensemble, de partager ces moments qui seront bientôt des souvenirs. Il est évidemment trop tôt, on n’a pas le recul nécessaire pour le savoir, mais je suis persuadée que ce confinement aura renforcé leurs liens et que, dans 10, 20, 30 ans et plus encore, ils en parleront avec joie.

Je les regarde tous les 4 et je ne suis pas mécontente.

pS : mais ça hurle, je vous le garantis !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

10 mots qu’on a appris depuis le début du confinement

Quand je suis devenue mère, j’ai appris des tonnes de nouveaux mots comme chaise-haute, régurgitation… Glamour.

Depuis le début de la crise du confinement, on a appris aussi des tonnes de nouveaux mots.

1/ Corona : avant, pour moi, c’était de la bière. Aujourd’hui je sais bien, malheureusement que c’est aussi un fichu virus.

2/ Confinement : j’avais dû prononcer ce mot une fois (et encore) avant. Aujourd’hui c’est LE mot le plus prononcé chez tout le monde.

3/ Chloroquine : jamais entendu ce mot de ma vie avant. Depuis un mois, je n’entends que ça.

4/ Liquide hydroalcoolique : certes j’en utilisais avant, mais peu. Et surtout je disais « gel pour laver les mains. » Aujourd’hui je connais son nom.

5/ Déconfinement : qui dit confinement dit déconfinement. Même si on y est pas.

6/ Ecole à la maison : certes, j’avais une vague idée de ce que c’était, sans pour autant l’avoir expérimenté…

7/ House Party/Zoom/ : toutes ces applis dont j’ignorais l’existence et qui sont devenues vitales.

8/ Patience : je savais bien ce que c’était, mais là j’avoue que je dois l’utiliser puissance 1 789 900.

9/ Héros/Héroïnes : exit Superman et Wonderwoman. Aujourd’hui les super-héros c’est le personnel hospitalier,  les personnes qui bossent en grande surface, les éboueurs, chauffeurs de métro ou directrices d’école qui continent d’ouvrir pendant la crise.

10/ Amour : plus que jamais ceux qu’on aime nous manquent. Plus que jamais on aime ceux avec qui on est confinés. Plus que jamais l’amour et l’amitié prennent sens.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire