10 trucs que ça nous saoule d’apprendre à nos enfants

Attention je sais que ce titre va attirer les cris et hurlements de celles qui pensent que je suis une super mauvaise mère « et en plus elle en a fait 4, la salo… ».

Evidemment que transmettre et apprendre à nos enfants est une joie mais parfois, allez sois honnête, ça saoule.

1/ Lui apprendre à faire ses lacets. C’est super chiant. Déjà que moi j’ai su tard alors bon. Expliquer la grande boucle, la petite boucle et tout ça…Mes deux aînés ont appris seuls. Incroyable. Mais là le 3e a 6 ans, va falloir que je troque mes scratchs…

2/ Lui apprendre à lire l’heure : ok c’est génial quand ils savent mais la petite aiguille, les secondes, les « moins vint-cinq », les 16 h 30 c’est comme 4 heures et demi… C’est pas fun.

3/ Lui apprendre à faire du vélo : c’est simple, je déteste. Je m’y prends mal, je perds patience, le gosse tombe en général et devient vite vélophobe.

4/ Lui apprendre à bien se laver les dents : vers 18 mois ça les éclate de jouer avec la brosse à dents mais lorsque les choses deviennent sérieuses, qu’il faut leur montrer comment frotter, c’est galère. Si, si.

5/ Lui apprendre à apprendre sa poésie/leçon : je ne sais pas comment font les autres parents, mais moi, à partir du CM1, je suis larguée. Donc comment leur apprendre à apprendre quand nous-mêmes on galère. L’an dernier je devais faire apprendre les leçons de latin à mon grand, alors que moi-même je n’arrive jamais à rien retenir. Pas évident.

6/ Lui apprendre à s’habiller : franchement un jour ça vient tout seul, mais il y a des matins où le slip finit sur la tête, la chaussure dans le slip (donc sur la tête).

7/ Lui apprendre à enlever sa couche : devenir propre est une BONNE galère et en général les parents doivent ramasser du caca et du pipi durant quelques semaines.

8/ Lui apprendre à manger seul : quand je dis seul, je veux pas dire comme un looser seul à sa table, mais seul avec sa fourchette. Après 5 tee-shirts abîmés, j’ai souvent baissé les bras… Ils finissent par y arriver hein ?

9/ Lui apprendre à lire : perso, j’ai laissé ça aux formidables maîtresses.

10/ Lui apprendre la bienveillance : ça… c’est le plus difficile, mais en montrant nous ce qu’on peut faire, ils y arrivent !

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Toutes ces questions qu’on leur pose quand ils sortent de l’école

Si on va chercher nos enfants à l’école ou lorsqu’on les retrouve le soir, nous autres parents (enfin moi, et ma voisine, et sa voisine, et sa voisine, donc tout le monde) avons la langue bien pendue. Il semble que l’excitation de voir nos enfants sortir de classe est trop immense et, sans leur laisser le temps d’avaler leur première bouchée de pain au chocolat (chocolatine si tu insistes), on les bombarde de questions.

1/ C’était bien l’école ? : cette question ouvre une large spectre de réponses pour l’enfant qui en général ne répond que par oui ou non.

2/ T’as mangé quoi à la cantine ?  : cette question nous est utile pour savoir si le soir-même nous oserons refaire des pâtes.

3/ Vous avez fait quoi ? : nous on pense devoirs/boulot, eux ils répondent « bah on a joué au foot et je suis allé aux toilettes ».

4/ T’as des devoirs ? : question du parent inquiet de devoir se taper la poésie.

5/ Tu veux un goûter ? : question du parent qui pense que si l’enfant dit non, il pourra bouffer le pain au chocolat à la place de l’enfant.

6/ T’as eu des notes ? : en général soit l’enfant a eu une bonne note et le dit sans même qu’on lui demande, soit il a eu une mauvaise note, soit pas de note.

7/ La maîtresse est sympa ? : bah en vrai on pose la question tous les jours de l’année.

8/ Tu m’aimes ? : oui ça vient se mêler à la conversation vers 16 h 45.

9/  T’est fatigué ? : lui peut-être pas, mais nous à 16 h 30 on rêve déjà de notre lit.

10/ Tu veux y retourner demain ? : en général l’enfant va dire que non. Dommaaaaage il n’a pas le choix. héhé.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

10 bonnes raisons d’aimer la rentrée


Quand vient la fin de l’été…

Ça y est dans une semaine nos chers enfants retourneront à l’école après quoi… 2 BONS mois de vacances.

Certes on va devoir se dépêcher le matin, se remettre dans les devoirs, les horaires, l’organisation, MAIS il y a de bonnes raisons de kiffer la rentrée.

1/ On ne va plus les avoir H24 sur le dos et c’est une TRES BONNE NOUVELLE !

2/ On va pouvoir retourner à nos affaires (notre travail ou pas, mais  en tout cas NOS affaires).

3/ On va pouvoir les coucher à 20H pétantes et profiter de notre soirée pour regarder ENFIN la série Netflix dont tout le monde parle (ou lire l’un des 524 romans de la rentrée littéraire).

4/ On va pouvoir se remettre dans les tables de multiplication, l’Histoire de France, la Géographie, et ça peut pas faire de mal. Même à nous.

5/ On va reprendre notre vie de taxi maman/papa à déposer les gosses à droite à gauche. Ce qui n’est pas une bonne nouvelle penses-tu. Mais si c’est une BONNE nouvelle, car en voiture on écoute de la musique et ça c’est chouette.

6/ On va se faire des nouvelles copines/copains parents de l’école. C’est toujours sympa.

7/ On va reprendre une allure normale, c’est-à-dire : se coiffer, se faire les ongles éventuellement et s’habiller autrement qu’en maillot/short/legging.

8/On va avoir la joie de lire des magazines qui nous apprennent comment faire une détox post-été (juste avant la détox pré-Noël qui précède la détox post-Noël)

9/ On va pouvoir, comme chaque année, prendre des résolutions qu’on ne tiendra pas.

10/ Sans rire, on va avoir ENCORE plus de joie à être avec nos gosses le soir, le week-end, le matin, car on ne se verra plus de la journée.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

10 belles raisons de faire des câlins à ses enfants

Août me rend mielleuse. Que veux-tu que j’y fasse? Je passe plus de temps avec mes enfants que tout au long de l’année, et s’il est clair qu’ils m’énervent au moins une fois par jour (OK 45 fois par jour), il est aussi clair que je savoure les moments avec eux, les bisous, les discussions, les câlins.

J’ai 4 enfants. Certains en grandissant sont devenus avares de câlins et de démonstrations d’amour (surtout en public). Les petits ont leur période. Le 3e adore les câlins, le 4e qui a 2 ans, moins.

Mais moi qui ne suis pas un personne tactile (je déteste que les gens me touchent et je suis assez avare aussi de câlins, hormis avec mon mec et mes enfants – et mon chien), je surkiffe les câlins avec mes enfants.

Parce que… ça me fait du bien !

1/ Ça m’apaise.

2/ Ça me remplit d’amour.

3/ Ça me console quand je ne vais pas bien.

4/ Ça me permet de les renifler et, vous savez bien que l’odeur de nos gosses c’est comme une drogue.

5/ Ça me dé-stresse. Oui, c’est scientifique. La chaleur de mes enfants entraîne une production d’endorphines. On se sent mieux presque immédiatement, et du coup, on se détend.

6/ Ça me réchauffe. Et c’est moins cher que le radiateur électrique. Héhé.

7/ Ça renforce mes anticorps. C’est aussi prouvé !

8/ Ça me rend heureuse de les savoir contre moi.

9/ Ça me rappelle quand ils étaient des nourrissons et que je les collais contre moi tout le temps.

10/ Ça me permet de ne pas manger de chocolat. Pour de vrai : un bon câlin avec les miens me fait passer l’envie de chocolat. Héhé.

Alors câlinez-les, embrassez-les, aimez-les, et surtout, dites-leur bien !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ces mensonges farfelus qu’on raconte à nos enfants

Hier mes enfants ne m’écoutaient pas et ne voulaient pas quitter le parc où ils s’arrosaient de sable. (tu sais le sable qui s’immisce dans les chaussures et la culotte et que tu ramènes chez toi pour en foutre partout sur le sol propre de ton salon ?)

J’ai tenté un « vous venez parce que je vais me fâcher ». Ils m’ont regardée d’un air de penser que je ne suis pas du genre à me fâcher. (ils n’avaient pas tort)

J’ai retenté un « Bon ben maintenant ça suffit, je vais vous priver de bonbons pour 2 mois ». Là encore ils m’on regardée d’un air de penser que je craquerais avant eux et mon petit dernier a dit que de toutes façons il n’aimait pas les bonbons.

Du coup j’ai employé la manière forte qui réside dans le mensonge. Oh rien de grave, juste un tout petit mensonge de rien du tout. Mais un mensonge impossible : « Vous venez maintenant parce que sinon j’appelle la police et vous irez en prison pour non-écoute de votre mère ». J’aurais aussi pu dire que j’allais les abandonner, appeler les méchants loups ou carrément le Président de la République.

N’empêche que ça a marché.

Je me rends compte que souvent nous autres parents racontons des trucs bizarres à nos enfants pour les effrayer. Des trucs improbables.

« Si tu mets tes doigts dans le nez, tu finiras avec 3 narines »

 » Si tu manges trop de bonbons tes dents vont tomber et tu seras une sorcière »

« Si tu cries encore, je t’abandonne sur une aire d’autoroute » (en cas de trajet évidemment)

« Si tu fais encore pipi au lit je te laisse TOUTE ta vie dans ton pipi »

« Si tu dis encore une fois un gros mot, tu te transformeras en loup »

« Si tu n’es pas sage, tu n’auras plus JAMAIS le droit de regarder la télé de ta vie »

 » Tu connais l’histoire du petit garçon qui mangeait pas de légumes ? Eh ben il a fini transformé en salade de tomates et de petits pois. C’était sa punition. »

Toi aussi tu baratines tes gosses parfois ? Dis-moi oui, allez !!!

Publié dans Humeurs | 11 commentaires

Ce qu’on va aimer avec nos enfants cet été

On prend le temps, on est ensemble, on se force à être souple. On passe l’été ensemble, en famille si on a de la chance, avec des amis parfois, à la plage, à la campagne, chez soi, à la montagne, au bout du monde, chez des copains.

On va aimer…

Mettre le même maillot de bain tous les jours,

sentir le soleil dans les cheveux de nos enfants,

faire des jeux de société à la bougie,

chanter à tue-tête,

visiter des lieux formidables,

manger des glaces,

leur mettre de la crème contre les coups de soleil,

faire de la randonnée,

essayer le kayak,

prendre l’avion,

le train,

la voiture,

mettre des chapeaux,

lire,

glander,

rire de rien,

compter les grains de sable,

vivre ensemble tout le temps,

rencontrer les enfants des potes qu’on ne voit pas assez durant l’année,

aller à la cueillette,

caresser des biquettes,

faire du yoga,

manger des frites,

se détendre,

oser se coucher super tôt,

ou super tard,

ressortir les tubes des années 90 et danser le MIA,

regarder les Goonies,

dormir tous ensemble,

faire des projets,

penser à la rentrée avec joie,

être avec les grands-parents et parfois les arrière-grands-parents,

visionner Ma sorcière Bien aimée (ouais),

aller au cinéma,

escalader des montagnes,

leur apprendre à nager,

leur apprendre à s’aimer,

parfois péter les plombs à cause de leurs disputes (faut bien le dire),

se dire que les étés de notre enfance à boire du Banga et à écouter Elsa c’était chouette aussi,

faire une parodie de Vitaa et Diam’s,

rêver,

faire la sieste,

se poser dans un transat,

sentir l’odeur de l’herbe fraîche ou du sable,

penser à nous,

oser tout,

manger les fruits qu’on aura cueillis,

regarder les copains sur Insta,

être heureux.

Soyez heureux.

Passez un bel été.

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

16 choses sur lesquelles on a le droit (le devoir même) de céder en vacances

Nous les parents, on court toute l’année, on se stresse, on dit à nos enfants « dépêche-toi », « fais tes devoirs », « range ta chambre », « je suis fatigué ».

Alors si on profitait de l’été, des vacances pour lâcher un peu ?

1/ On éteint son réveil. On se réveille quand on se réveille.

2/ On ne dit pas toujours NON à un petit DVD. Aux heures chaudes, c’est plutôt sympa ce temps calme, au frais, devant les 101 Dalmatiens.

3/ On s’autorise des repas à des horaires pas classiques. Il prend son gouter à 17 h 30 et dîne à 21 h. Et alors ?

4/ On autorise aussi le coucher plus tard. Ce sont les vacances, quoi !

5/ On les lâche sur les devoirs. Les cahiers de vacances pourquoi pas, mais en mode détente. (moi je ne suis pas pour). Sinon une autre variante consiste à lire, à faire des jeux malins, à aller visiter des lieux, des musées… C’est aussi de l’éducation !

6/ On prend le temps. C’est tout bête, mais prendre le temps de savourer un câlin, un dîner…

7/ On est moins à cheval sur les bains. C’est pas SI grave si un soir le bain saute, si ?

8/ On s’autorise à ne pas manger que 5 fruits et légumes par jour.

9/ On se raconte des choses qu’on n’ose pas se dire ou leur dire durant l’année.

10/ On apprend à faire des projets pour l’été prochain, par exemple.

11/ On teste des sports et des sensations fortes.

12/ On s’autorise la musique à fond et la boumette dans le salon.

13/ On ne dit pas NON à un concours de bras de fer (ou de rototos)

14/ On en profite aussi pour dire à ses enfants ce qu’on voudrait qu’ils changent dans leur comportement (et ils ont aussi le droit de réponse)

15/ On a le droit de mettre trois jours de suite le même tee shirt/;

16/ On ne repasse plus rien. Essentiel.

AMUSEZ-VOUS BIEN ! ON SE DETEND. ON EST BIEN.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

10 façons de se servir de ses enfants en leur faisant croire qu’ils gagnent en autonomie (héhé)


C’est bien beau de vouloir grandir et de vouloir voler de ses propres ailes. On est d’accord nous les parents, mais tant qu’à faire autant que ça nous rende service, hein ! Voici 10 moments où ils vont gagner en autonomie et nous rendre service. Que demander de plus ?

 1/ Chéri poussin, tu veux te lever pour me donner la télécommande qui est là-bas alors que moi je suis assise sur la canapé ? C’est une mission de grand ça !

L’enfant trop heureux s’exécute et nous on garde nos fesses dans le canapé.

2/ Chéri poussin, je te donne une mission : tu as le droit d’avancer plus vite que moi sur ce trottoir et de faire la queue pour acheter une baguette. Tu as 6 ans, tu peux le faire !

L’enfant trop heureux fera la queue et nous laissera ainsi finir notre conversation HYPER importante avec notre copine.

 3/ Chéri poussin, le chien m’a demandé de te demander si tu pouvais aller le promener. Oui, il me parle à moi. Tu as 11 ans maintenant tu peux, ça va lui faire super plaisir.

L’enfant ira réjoui, avec le chien réjoui, et nous on sera réjoui de ne pas avoir à le faire.

4/ Chéri poussin, j’ai un jeu trop trop rigolo : il faut ramasser les miettes par terre ! Si tu y arrives, t’es un grand champion.

L’enfant trouvera ça trop trop fun. Prochaine étape : ramasser les grains de sable à la plage.

5/ Chéri poussin, une légende raconte que pour bien grandir, il faut débarrasser au moins 5 fois par semaine. 

L’enfant risque de ne pas y croire mais si on le mesure en trichant et qu’on lui dit que si, ça fait grandir, alors bon, il le fera. HAHAHA.

6/ Chéri poussin, voici 78 chaussettes qu’il va falloir mettre par paire. Pour apprendre à compter, maintenant que tu as 5 ans, c’est parfait. Et puis, pour t’aider demandes à ton frère de 2 ans, il apprendra les couleurs.

L’enfant va adorer cette mission qui est une bonne galère pour ses parents !

 7/ Chéri poussin, maintenant que tu sais lire, c’est toi mon grand qui va lire ce soir une histoire à ta petite sœur. Ca, c’est une mission de super grand garçon !

L’enfant va kiffer et nous on va avoir 5 minutes pour faire autre chose.

8/ Chéri poussin, c’est toi qui choisis le menu ce soir ! Bah oui tu es une grande , tu peux !

L’enfant va trouver ça tellement cool. Et nous, comme on est à court d’idées, ça nous soulagera bien !

9/ Chéri poussin, comme tu as choisi le menu, tu vas débarrasser. Oui, les grands font ça !

L’enfant va râler mais bon, on est gagnants !

10/ Chéri poussin, j’ai des souvenirs tellement fous de colonie de vacances. Je t’ai inscrit, tu vas te faire des copains et des souvenirs pour la vie ! Les colos ça fait grandir !

L’enfant va adorer et nous on aura un peu de tranquillité.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

10 bonnes raisons d’envoyer ses enfants en colo

3 de mes 4 enfants sont partis en colonie de vacances lundi. Les deux grands de presque 14 et 12 ans sont 3 semaines aux scouts, et le 3e de presque 6 ans est parti une semaine avec des cousins et des copains en Normandie prendre un bol d’air et de fun.

Autour de moi, certaines personnes semblent nous juger « mais 3 semaines c’est loooong », « mais sous la tente les pauvres… quelle angoisse », « mais les pauvres pourquoi leur infliger ça », « mais enfin il a pas 6 ans, t’es folle ».

Bien évidemment comme je ne suis pas une si mauvaise mère, je ne force absolument personne, et si un de mes enfants avait la boule au ventre et les yeux remplis de larmes à l’idée de partir en colo/scouts, je ne le forcerais pas, je ne les ai pas mis au monde pour les faire souffrir et m’en débarrasser.

En fait, ils ADORENT.

Le petit d’à peine 6 ans m’a téléphoné tout à l’heure depuis le téléphone fixe du lieu de la colo en me disant « bon je t’appelle parce que c’est l’heure où tout le monde téléphone à ses parents mais en fait je sais pas quoi te dire à part que je m’amuse trop trop ». Quant aux 2 grands, ils comptent les jours à partir du mois d’avril tant ils sont pressés de retrouver les copains, de vivre sous la tente, de s’amuser entre potes et de vivre des choses folles. Je le sais, je l’ai fait.

Alors, voilà les colo, c’est BIEN. Je veux dire vraiment BIEN.

1/ Ça permet de voler un temps de ses propres ailes

2/ Ça permet de faire la fête H24 avec des copains de son âge.

3/ Ça permet de se fabriquer des souvenirs pour la vie et Dieu sait que même 30 ans plus tard, je me souviens encore de mon premier camp scout avec bonheur.

4/ Ça permet de s’occuper de façon saine, de décrocher des écrans et de vivre en plein air.

5/ Ça permet aux parents, il faut bien le dire, de souffler un peu.

6/ Ça permet aux enfants de se responsabiliser.

7/ Ça permet d’apprendre à jouer de la guitare, à savoir faire un feu, à savoir construire une table en bois.

8/ Ça permet les premiers flirts et les amourettes de vacances.

9/ Ça permet de pouvoir laisser sa chambre en bordel (enfin tant que l’inspection ne passe pas), ce qui n’est pas possible chez soi !

10/ Ça permet de grandir, de goûter aux joies de l’indépendance, de l’autonomie, aux saveurs de la liberté.

PS : si vous ne l’avez pas déjà vu, regardez vite le film dont est tirée la photo « Nos Jours heureux »… Nostalgie quand tu nous tiens !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mince, j’ai oublié les vaccins (récit d’une presque mauvaise mère)

Mon mari, le papa, a accompagné l’enfant chez le pédiatre pour une visite dite de routine. On a mesuré et pesé l’enfant. Bonne nouvelle : il avait grandi depuis sa dernière visite d’il y a 3 ans. Et justement en 3 ans, les parents ont eu le temps d’oublier pas mal de choses essentielles comme… les vaccins.

Le pédiatre a secoué la tête de gauche à droite avant de prononcer une phrase horriblement culpabilisatrice : « Vous êtes inconscients. Pas de rappels du vaccin Exomius B56790 depuis 4 ans. Et là je regarde pour votre fille, et c’est pareil. Heureusement que le petit est jeune car pour lui vous êtes à jour. Mais que diable avez-vous fait Monsieur ? »

Le père et la mère, qui est jamais loin, angoissent, baissent les yeux façon CE1, commencent à suer, se demandent si l’épidémie de peste et de grippe espagnole ne va pas à nouveau saisir et tuer ses petits.

L’enfant le toise. Le pédiatre les juge. Mains moites quand ils demandent « mais docteur, que doit-on faire ? Vous savez c’est de la faute de ma femme, c’est à elle de gérer ça… je n’y suis pour rien ».

Le pédiatre l’interrompt « pas de ça ici. On est en 2019, les parents sont sur un pied d’égalité. Vous avez merdé. »

Papa baisse les yeux 2e fois: « mais Docteur, que faire ? ».

Le doc dit qu’il va tout reprendre depuis le début et vacciner à nouveau les enfants, que « ça va aller » puis il ajoute « je parie que votre chien est à jour de ses vaccins lui ? ». Les parents sourient et répondent fièrement « bah oui. On reçoit des relances du vétérinaire au moins…. ».

Le docteur les reprend « ah ces parents qui aiment plus leur chien que leurs enfants … »

Fiston demande si c’est vrai que le chien est à jour de ses vaccins et pas lui. Il a l’air menaçant.

Le pédiatre rigole fort. Le père a les yeux en larmes.

Il se trame un drame digne de Games of Thrones dans ce petit cabinet de pédiatrie …

… Le carnet de santé de l’enfant ne devrait ne jamais quitter la liste des To-do de la cuisine. Le souci c’est qu’un carnet de santé sur une liste, ça prend de la place. Le problème c’est qu’on ne peut pas se souvenir de tout lorsqu’on est parents, surtout lorsqu’on a 2, 3, 4, 5, 6 enfants.

Le problème c’est que si l’enfant n’est pas souvent malade (ce que nous lui souhaitons), il ne voit pas le pédiatre avec régularité, et que donc il est complexe de se souvenir qu’en février 2022 il va falloir faire le rappel du vaccin au nom aussi compliqué qu’un meuble Ikéa.

Le problème c’est qu’il est illégal pour le pédiatre de faire des rappels des rappels (vous suivez ?) aux parents, contrairement aux rappels émis par les vétérinaires. Le problème c’est donc que les parents peuvent oublier de vacciner, faire des rappels de vaccins et que donc non, à 15 ans on ne sait pas s’il a fait le 56e rappel pour le ROR.

(d’ailleurs nous-mêmes adultes le faisons-nous ?)

On peut au choix : se noter de prendre un RDV pédiatre pour 2022, se faire un post-it qui devra tenir 3 ans sur le frigo, ou (meilleure solution) téléphoner au pédiatre tous les 6 mois pour savoir si les enfants doivent se faire vacciner.

Sinon on peut s’acheter un chien et un chat et revendre ses enfants. C’est encore ce qu’il y a de plus simple.

(toute ressemblance avec des personnages ayant existé serait….)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire