La fin de l’année (oui déjà)

Je viens de rentrer de mes vacances d’été, de connaître l’emploi du temps des enfants, de recommencer mes cours de théâtre, de me dire que je vais devoir la semaine prochaine faire le tri dans les fringues des gosses, de regarder la pile de papiers que je dois ranger.

Je VIENS DE LE FAIRE je vous le jure. On est en septembre.

Bah non. On est presque en juin. EN JUIN. EN JUIIIIIIIN !!!!!

Donc je n’ai pas eu le temps de faire le tri, de ranger, de connaître le nom de famille des profs des enfants. Non je n’ai pas eu le temps de faire tout ça. L’année a filé, mon grand va rentrer en 3e, ma fille en 5e et mon troisième va avoir 6 ans… CP.

Mon dernier a eu 2 ans alors qu’il vient de naître. Et moi j’ai bientôt 40 ans. Pourtant hier encore je regardais Beverly Hills et, étant atteinte du syndrome Dylan McKay, je harcelais mon pseudo amoureux de 15 ans à coups de téléphone anonymes et pas portables.

Pouf j’ai 40 ans, 4 enfants, un homme, un métier que je kiffe mais tout de même quoi… le temps passe vite.

Hier j’ai loupé les inscriptions des activités périscolaires à 8 h 30. Bah quoi on est en septembre ou bien ?

Donc voici le joli mois de juin qui arrive avec les kermesses, les fêtes de fin d’année, les spectacles, les gâteaux à faire, les tonnes d’anniv des copains, la réinscription aux cours de judo/piano/danse/foot/tennis, la prise des billets de train pour l’été, les questions sur « latin/pas latin ? », l’enquête pour savoir si la maîtresse de CP est bien ou pas bien, la liste des fournitures scolaires à acheter, le nouveau cartable à acheter, les cadeaux à faire aux maîtresses et aux gentilles dames de la crèche, les Olympiades…

Voilà. On est en fin d’année scolaire, je n’ai RIEN vu arriver. RIEN.

Hier encore j’avais 20 ans, comme disait Charles. (Aznavour, pas Ingalls hein, parce que Ingalls il coupait trop de bois pour chanter en plus).

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Des enfants et des écrans


Ce week-end j’ai eu une conversation animée avec une copine. Ça portait sur les écrans. Elle est totalement contre et ne veut même pas que ses enfants de 8 et 6 ans s’en approchent. JAMAIS. Elle m’avoue ensuite que « bon parfois je cède et je leur file mon téléphone »puis elle ajoute que « si c’est de temps en temps, ça va ».

Avant d’avoir 4 enfants, j’avais 18 900 principes.

Dont celui de ne JAMAIS les confronter aux écrans avant leur majorité c’est-à-dire vers 34 ans.

Et puis… j’ai eu des enfants. Et puis j’ai eu des moments où je me suis dit que regarder Tchoupi ou Petit Ours brun 20 mn de temps en temps, ça ne faisait pas de mal parce qu’on en parle ensuite, parce qu’on chante les chansons, parce qu’on achète les jouets qui vont avec.

Et puis les enfants ont grandi, ils ont réclamé autre chose que Tchoupi ou Trotro. On est passé aux Disney et puis plus tard le grand a eu une console et finalement un téléphone en 5e.

Et puis parce que bon, soyons honnêtes ici, quand on a plusieurs enfants (même un seul en fait), on est content de pouvoir prendre sa douche/préparer à manger/passer un coup de fil/ se laver les cheveux/faire une micro-sieste. Et que bon un enfant ne joue pas des heures seul dans sa chambre.(enfin pas les miens). Je vous rassure : ils lisent, ils font du sport, ils sont super bons à l’école, ils ont des potes.

Alors voilà, je vis avec mon époque, je file un dessin animé de temps en temps, je lis des histoires aussi, ils lisent des livres, on fait des dessins, on joue aux Kapla, on sort, on va à la plage, on chante… on fait tout comme on peut et je ne crois pas être une mauvaise mère parce que mes enfants se confrontent aux écrans.

C’est toujours la même chose : avec modération, avec un œil parental dessus.

Ce qui est certain c’est que chaque parent fait comme il peut. Alors cessons de nous juger !

PS : Comme dirait mon troisième, Moïse aussi avec les Table(ttes) de la loi 😉

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

20 vérités sur les familles nombreuses

Je viens d’écrire un livre sur la famille nombreuse que je vous propose de lire si vous avez plein d’enfants ou l’intention. Non, non ça va ne pas vous décourager.

Hier soir après avoir couché les 4 enfants qui m’appartiennent, avec l’homme, on s’est dit « chouette, enfin, ils dorment. » C’était sans compter sur l’évasion (fiscale) du dernier de 2 ans, qui après avoir escaladé le lit à barreaux, a fait une entrée fracassante dans le salon.

Puis, son frère de 5 ans a débarqué, il avait (soi-disant) soif.

Puis ma fille de 11 ans a proposé de me masser les oreilles (chelou), et enfin le grand est venu voir car il avait « entendu du bruit ».

Une fois tous les enfants recouchés, je me suis dit que les familles nombreuses ont ça en commun qu’il se passe TOUJOURS un truc.

1/ Il y a toujours du bruit

2/ Il y a toujours un gosse malade

3/ Il y a toujours une dispute entre eux.

4/ Il y a toujours un moment de jalousie.

5/ Il y a souvent des câlins.

6/ Il y en a toujours un pour accuser l’autre.

7/ Il y a toujours un gosse qui a soif à 23 h.

8/ Il y a toujours un café froid à (ne pas) boire le matin.

9/ Il y a toujours du bordel.

10/ Il y a un effet de groupe assez rapidement tout de même.

11/ Il y en a toujours un qui prétend que s’il était enfant unique, ce serait mieux.

12/ Il y a toujours une voisine pour vous demander « mais commmmmment faites-vous ? »

13/ Il y a tout le temps des machines à faire tourner.

14/ Il y a de la vie.

15/ Il y en a pas UN pour débarrasser.

16/ Il y a des fringues partout, à ranger, à repasser, à laver.

17/ Il y a plus de gosses que d’adultes.

18/ Il y a des repas dignes d’une cantine à préparer.

19/ Il y a des budgets serrés l’été.

20/ Il ya de l’amour, de la joie, de la transmission. Des racines et des ailes.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les 10 commandements de la bonne mère

Décider de devenir maman de nos jours s’avère plus compliqué que de devenir Président. Quand tu es Président, tu es admiré et aidé, tu rencontres les grands de ce monde, les gens te serrent la main, un gentil monsieur t’écrit tes discours, une gentille dame te coache pour que tu deviennes sportif et souriant, tu te déplaces en voiture privée, tu n’as pas de loyer à payer, une équipe ramasse tes miettes et tes bourdes. Bref, président c’est cool.

Tandis que maman… c’est dur. Mais ne t’en fais pas, tu vas y arriver et  tu pourrais bien obtenir les bisous de tes enfants en fin de compte.

Pour être une bonne mère :

I/ Il faut sourire. Toujours. Ton grand te balance que tu as des grosses fesses, et ton petit te balance sa purée à la carotte en plein sur le top Zara en soie blanc que tu viens d’acheter : reste zen et souris.

II/ Il faut avoir des solutions à tout. Une couche à changer au milieu d’un grand magasin la veille de Noël ? Pas de problème, tu connais la technique de « jefaissemblantdefairedescâlinsàmonbébéalorsquejeluichangelacouchequipuel’airderien». Une baby-sitter qui te plante 5 minutes avant l’heure dite ? Pas de problème, tu as mille solutions en stock.

III/ Etre prévoyante. 154 bouteilles de lait en permanence dans ta cuisine. Si elle est trop petite, t’inquiète pas, une bouteille de lait ça fait toujours un beau presse livre.

IV/ Ne pas s’énerver. Jamais. Si tu as envie de crier après ton gamin qui vient de dessiner des cœurs en forme de rond sur les murs de ton salon, rappelle-toi qu’il y a des gens qui n’en ont pas. De cœur, pas de salon.

V/ Déléguer. Si tu n’as pas de mâle dans un périmètre proche, trouve une amie (ou une ennemie, on fait ce qu’on peut) et donne-lui ton enfant de force. Si elle refuse, menace-la.

VI/ S’accorder du temps pour soi. Tu me diras que c’est facile de dire ça, et que toi ton premier geste du matin n’est pas de boire un jus de citron dans une position yoga-zen (contrairement à Angelina Jolie), mais bien de faire les biberons de tes enfants à la chaîne. Essaie un matin de ne pas te lever. Les enfants se débrouilleront bien tous seuls. Au pire ça finira en pugilat.

VII/ Accepter de changer d’avis. Avant d’avoir des enfants, tu les rêvais polis et intelligents. Ils seront un peu moins polis et intelligents que prévu, mais bon quoi, y’a que les idiots qui changent pas d’avis. Et puis franchement, à quoi ça sert d’être poli ?

VIII/ Accepte l’échec. Ton bébé ne fait pas ses nuits à 14 ans ? Pas grave. Il ne sait pas lire à 9 ans ? Pas grave. Il ne mange que des pâtes et du riz ? Pas grave.

IX/ Apprends par cœur les mots clés suivants (ils te seront utiles) : Dora,  Trotro, « Si tu perds t’auras un gage alors dégage », Hello Kitty, Ipad, Iphone, doudou, toupies Beyblade.

X/ Ne regarde jamais ce que font les autres mères. Tu ne sais pas  « pour de vrai » ce qui se passe chez elles. Pars du principe qu’elles mentent et que chez toi, c’est mieux.

Pour tout le reste il y a Mastercard !

 

Publié dans Humeurs | Laisser un commentaire

Au secours, ils deviennent ados !

 

J’aurais dû me méfier. Les enfants ça pousse vite. TRES vite.

Alors que je me remettais à peine de 9 ans de nuits blanches, les deux grands sont devenus presque des ados. Surtout le grand. Il a bientôt 14 ans. Ma fille a bientôt 12 ans. (ouf, j’en ai encore deux de 5 et 2 ans).

On se plaint lorsque les nuits sont pourries, lorsque ça pue le caca dans la couche, lorsqu’on a peur qu’ils se fassent mal au coin d’une table basse, MAIS le vrai truc, c’est l’adolescence. Si, si.

Mon grand ne parle plus que par onomatopées. Il range son placard en y foutant encore plus de bordel que lorsque c’est déjà le bordel. Il se lave les dents les jours pairs. Il sourit avec un air idiot. Il me fait sentir vieille. Il rit d’une voix grave en mutation.

Ma fille, elle, répète des phrases du genre « nan mais j’en ai marre » ou » j’en peux plus ». Du coup le petit de 2 ans répète à longueur de journée « jonpeuplou ».

Les deux pensent qu’on est des vieux. Ils pensent aussi que « ça se fait pas » de pas avoir la 4G, le téléphone dans leur lit la nuit, l’accès à la télé dans leur bureau et tout un tas de trucs géniaux.

Ils dorment tard le matin et lorsqu’ils se réveillent vers 11 h, ils demandent juste (sans dire bonjour) « on mange quoi ».

Ils trouvent que leur époque est naze, que nous au moins on avait de la chance. Ils ne savent pas les pauvres qu’on est d’une époque on a appris les mots SIDA et chômage.

Eux ils trouvent que Jean-Jacques Goldman c’es un truc de yeuv et que Maitre Gimms a tout compris. Ambiance.

Ils ont envie de « vivre leur vie » du haut de leur 12-13 ans, et quand on parle devoirs, ils disent que « toute façon les études ça sert à rien parce que même avec BAC+5 tu gagnes rien ». Ambiance.

Ils commencent à me prendre une tête et à me regarder d’en haut.

Mais. Car il y a un MAIS.

Mais ils ont font encore des câlins (à l’abri de tous sinon c’est trop la honte), ils sont gentils dans le fond et puis… et puis je suis pas peu fière d’eux.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Il y a des chances pour que vous ayez raconté ces (petits) mensonges à vos enfants


Etre mère c’est savoir prévoir, savoir aimer et savoir mentir (presque comme dans la chanson de Florent Pagny- savoir aimer -).

Oui tout a fait il FAUT parfois savoir mentir à nos enfants. Pour leur bien. Ah bah si. Pour leur bien.

Il y a fort à parier que vous avez déjà menti. Sinon vous êtes une menteuse. (tu suis ?)

Vous avez déjà dû raconter que…

  • « si t’es pas sage la police va venir »
  • « j’ai des yeux dans le dos comme toutes les mamans. Bah si. »
  • « laisse-moi goûter ta glace au chocolat. Bah pour voir si elle est pas empoisonnée. »
  • « le Père Noël arrive ».
  • « la petite souris arrive aussi ».
  •  » quelle conne cette petite souris : elle a oublié de passer te voir. Pffff ».
  • « si tu te mets les doigts dans le nez, tes narines vont garder la forme de tes doigts ».
  •  » si tu ne te couvres pas plus, tu vas mourir. Oui MOURIR ».
  •  » si tu ne m’écoutes pas, tu seras puni ». (et ne jamais punir)
  • « je te dis un secret mais ne le répète pas: je suis une superhéroïne. Mais chuuuut si tu le dis mes pouvoirs disparaîtront ».
  • « évidemment que j’ai le numéro de ta maîtresse » (et de celle de papa aussi)
  •  » trop de télé rend aveugle. Si. »
  •  » si tu avales un chewing-gum, ton ventre va devenir un ballon de foot »
  • « nager après avoir mangé va te faire couler. »
  • « mais si j’ai 22 ans. »
  • « non, je ne sais pas comment on fait les bébés. Demande à mamie. »
  • « les mamans savent TOUT. » (juste pas comment on fait les bébés)
  • « évidemment que je connais le carré de l’hypoténuse de 4 567 890 »
  • « oui j’ai été championne de boxe. Avant. Y a longtemps »
  • « si je connais le numéro de la petite souris ? Bah évidemment. »
  • « les adultes ne se disputent jamais. Presque. Enfin jamais presque »
  •  » on ne meurt pas à la fin. »

Si vous avez coché au moins 10 cases/phrases, vous êtes normale. Tout va bien.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les nuits (pourries) de la femme enceinte

 

Si tu lis ce billet, c’est qu’a priori tu as des enfants (sinon il existe des supers blogs de cuisine, de mode, de beauté, de lifestyle hein).

Avoir des enfants, souvent ça veut dire être enceinte.

Il y a des femmes formidables avec des maris formidables et des enfants formidables (et même des chiens formidables) qui vivent des grossesses formidables et qui disent même « je suis SI épanouie lorsque je porte la vie ».

Et puis il y a les autres : nous. (soit dit en passant : il y a plus de nous que d’elles)

On reparlera du moment où on vomit au bureau et de celui où l’on n’arrive pas à enfiler ses chaussons, mais là je veux parler des nuits pourries.

Souvent, dès les débuts de grossesse, on se lève à 3 h 12 pour vomir ou juste pour essayer de vomir. Puis à 5 h 32 aussi. Et même parfois à 5 h 34.

Et puis on a chaud. Et puis on fait des rêves chelou dans lesquels on a envie d’embrasser Donald Trump avec la langue. Alors on se lève, on le googueulise pour être sûre que finalement il est pas siiiiii immonde. Ah bah si. Alors on se recouche.

On se gratte le ventre. On a envie de faire pipi sans cesse. Surtout à 2 h 54 et à 4 h 16.

On a des angoisses nocturnes « et si jamais il était pas normal » ou « et si jamais je mourais en accouchant ».

On ne retrouve pas le sommeil.

Pour peu qu’on soit déjà maman, les autres enfants se réveillent en hurlant car un loup rôde dans leur chambre.

On a encore envie de vomir.

Et de faire pipi.

On a chaud.

On aimerait accoucher mais c’est trop tôt.

Et puis on a les pieds gonflés.`

Et puis à la fin on est si grosse qu’on n’arrive pas à se relever. On est alors obligée d’opérer un tour de passe-passe, une sorte de roulé-boulé et vlan on atterrit au sol ! POUM.

L’homme lui n’entend rien, ne voit rien, et on est là gisant par terre telle une baleine échouée. On aurait dû faire Tom Cruise comme métier, lui au moins il sait gravir des montagnes à mains nues.

Le matin, on a les poches sous les yeux à peu près aussi grosses que le ventre, et l’homme qui s’étire comme un lion ose demander « chérie, t’as bien dormi ? »

Allez… faites des gosses !

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les pires blagues à faire à ses enfants le 1er avril

 

Comme le veut la tradition, le 1er avril il FAUT faire des blagues.

Les enfants sont très doués pour ça : j’ai mal au ventre, j’ai coupé mes cheveux, je me transforme en lion, j’ai eu une mauvaise note…

Alors VENGEANCE ! AhhhhAAAAA. A nous les parents, de leur faire des blagues, mais vraiment affreuses !

1/ Je ne suis pas ta mère/ton père. Je suis un sosie. Depuis des années je joue le jeu. Aujourd’hui je te le dis. Et ce n’est même pas une blague.

2/ Je vais devoir t’accompagner en maillot de bain à l’école. Bah si. Regarde-moi, je suis pas bien ? Tu as honte de ta PROPRE mère. (et y aller en maillot).

3/ Je crois bien, et je suis sérieuse, que je préfère le chien à toi.

4/ Je porte un masque depuis des années, je n’ai pas le visage radieux que tu crois. (et revenir avec un affreux masque et dire que c’est ça le vrai visage).

5/ A son fils fan de foot : « chéri va falloir être fort….La France n’a pas gagné l’été dernier.  On t’a fait croire ça pour que tu débarrasses ce soir-là. Mais c’est FAUX. »

6/ A sa fille, fashion addict : « J’ai fait le tri dans ton placard. » Et vider le PLACARD entièrement en ne laissant qu’un pyjama. Trop petit évidemment le pyjama.

7/ Le soir à table, leur servir un radis. « Bah quoi ? »

8/ Leur faire croire qu’ils n’ont pas de devoirs ce soir. et puis…bah si !

9/ Leur dire que ce week-end on va TOUS à DisneyLAnd. Er puis attendre samedi et les emmener à la bibliothèque.

10/ Jeter tous les écrans de la maison (pour de faux). Et attendre leurs réactions.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ne dites JAMAIS ça à une maman qui ne travaille pas !

On a la chance d’être des femmes. (Postulat 1)

On a la chance de pouvoir décider de faire ou non des enfants avec qui on veut (postulat 2)

On a la chance de pouvoir travailler dans ce pays où, même si les femmes ont encore à gagner d’être payées autant que les hommes, elles peuvent travailler ! (postulat 3)

On a la chance de pouvoir profiter de nos bébés durant le congé mat, de pouvoir travailler ou non. (postulat 4).

A un moment de ma vie j’ai arrêté quelques mois de travailler pour être avec mes enfants. Aujourd’hui j’ai la chance de pouvoir travailler de chez moi et donc de pouvoir passer beaucoup de temps avec eux.

Mais je connais des femmes qui par choix ou par non-choix, sont devenues « mères au foyer » comme le dit cette affreuse expression.

« Mère au foyer » ça sous-entend pour beaucoup : « mère qui en fiche pas une ».

Alors non seulement cette expression est laide, mais en plus elle laisse entendre une fausse vérité. Parce qu’une mère qui ne travaille pas pour s’occuper de ses enfants, est BIEN occupée et ne passe certainement pas ses journées à regarder Hélène et les garçons avec le Président chinois (comprenne qui pourra).

Une maman qui fait le choix de renoncer à un job, quel qu’il soit, pour être avec ses enfants, leur faire à manger, les avoir au déjeuner, les aider dans leurs devoirs, être maman accompagnatrice à l’école, faire les machines, ranger les placards, repasser, faire le ménage, promener le chien, trouver les chaussettes qui vont ensemble, penser à ce que la famille va manger le soir-même et aussi le lendemain, retrouver le chausson perdu, acheter des stylos pour l’école, couvrir les livres, remplir les fiches de Sécu, emmener les enfants se faire vacciner, raconter des histoires, donner le bain, faire les comptes, avoir peu pour finir le mois parfois, moucher le bébé… une mère qui fait ça, ne chôme pas !

Alors JAMAIS JAMAIS JAMAIS n’osez lui dire « oh ça va, tu bosses pas TOI, tu as le temps. »

JAMAIS.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mes enfants sont-ils sourds (ou font-ils semblant pour ne rien faire – et me rendre dingue ?

Tout a commencé lorsque j’ai eu mon premier enfant. Il pleurait beaucoup la nuit. Ça a duré 2 ans. A 2 ans, ouf, il a dormi. Mais c’est à ce moment-là que j’ai eu ma fille, qui elle a mis 3 ans à dormir.

On reparlera du sommeil une autre fois.

Mais lorsque mes bébés pleuraient (le 3eme aussi a fait ses nuits à 3 ans), mon mari ne les entendait pas. Je veux dire: vraiment. Au début je donnais à l’homme des coups de coude, de genoux. Je lui tirais les poils du nez même, mais rien n’y faisait. Non seulement il était subitement sourd mais en plus il ne se réveillait pas.

J’en ai parlé avec des copines : elles aussi avaient des mecs atteints de surdité et de sommeillite aiguës depuis les naissances des bébés. Je n’étais plus seule dans ma vie de femme avec un mari sourd la nuit.

Mais lorsque toutes les nuits sont devenues plus belles que les jours, les enfants ont grandi et …patatra… eux aussi ont été atteints de surdité sélective.

Au début je demande « range ta chambre, viens manger, lave-toi les dents, n’oublie pas tes devoirs »

Aucune réaction.

Alors je hausse le ton.

« RANGE TA CHAMBRE, VIENS MANGER, LAVE TOI LES DENTS, N’OUBLIE PAS TES DEVOIRS ».

Mais rien. Même celui de 2 ans fait semblant de rien. Et même le chien ne bouge pas d’un poil.

Ainsi donc je serais la victime de mari et d’enfants à l’oreille sélective. Ainsi donc… on se foutrait de moi ? NON, je ne peux y croire ! C’est trop…affreux !

A force de crier « A taaaaaaaabllllllllle et de rajouter des mots parfois vulgaires, ma famille me prend pour une folle qui essaie d’imiter Lara Fabian.

Je sais, je sais, j’ai été une enfant aussi et j’ai aussi joué celle qui n’entend pas et qui fait la sourde oreille. Mais n’empêche, je réalise aujourd’hui combien ça a du être dur pour mes parents.

Alors voilà, parents du monde : UNISSONS-NOUS et… GUEULONS PLUS FORT !

AMEN.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire